QUI SOMMES-NOUS ?

L’histoire de « Parcs de Noé »

Noé est une ONG de protection de la nature, créée en France en 2001 par Arnaud Greth, un biologiste et vétérinaire passionné par la faune sauvage. L’ADN de Noé se caractérise par son engagement pour la sauvegarde de la biodiversité, sa volonté à agir sur le terrain, sa culture du résultat et la recherche de solutions constructives.
Noé a développé de nombreux programmes en France et à l’étranger, mais a toujours gardé un axe fort sur la conservation et la gestion des espaces protégés. La réussite d’African Parks (APN) sur la gestion déléguée en Afrique a inspiré Noé.

Une rencontre entre Peter Fearnhead (Directeur Général d’APN) et Arnaud Greth au Parc National de Zakouma (Tchad) en mars 2017, a été le début d’un partenariat fructueux entre les 2 organisations. Noé a accepté d’adopter le modèle d’APN, tandis qu’APN a accepté de soutenir Noé sur le plan technique et institutionnel.

En 2018, Noé a créé un programme entièrement dédié à la gestion déléguée des aires protégées (AP), appelé « Parcs de Noé ».

Notre mission

La mission de Parcs de Noé est de contribuer à la gestion durable des aires protégées en Afrique à travers un modèle de gestion déléguée, pour la conservation de la biodiversité, la sécurité et le développement local des populations riveraines.

Comment l’atteindre ?

La responsabilité de la gestion d’une aire protégée nous permet de garantir une gestion efficace et professionnelle, pour la conservation de la biodiversité et le maintien de l’intégrité des processus écologiques, en mettant en place des pratiques internationales de gestion et avec l’obtention de financements sur le long-terme. Les indicateurs de succès seront liés à la restauration de la biodiversité de l’aire protégée mais aussi à l’amélioration des conditions de vie des communautés locales (mesurées par une évaluation objective de la gestion de l’aire protégée, par la méthodologie IMET par exemple).

Les principes de base

Mettre en place une gestion déléguée signifie assumer la responsabilité de la gestion de l’aire protégée, garantir les résultats, et en être responsable devant l’état concerné, les partenaires financiers et les parties prenante.

Cela signifie que :

  • La souveraineté de l’État est respectée
  • La gouvernance est partagée entre l’État et Noé
  • La gestion est confiée à Noé

Pour ce faire, il faut :

  • des accords de gestion (Accord de Partenariat et autre) à long terme,
  • des ressources financières diversifiées (institutionnelles, privées, génération de revenus) et durables
  • des mécanismes de bonne gouvernance (permettant une juste représentativité des parties prenantes de l’aire protégée)
  • Une gestion adaptée et efficace de l’’aire protégée

Pour chaque aire protégée, un Conseil d’Administration du parc est mis en place (adapté à la législation de chaque pays) représentant l’État concerné et Noé. Un Comité Consultatif de Gestion regroupe tous les partenaires concernés, tels que les administrations et autorités locales, les communautés, la société civile, le secteur privé, les ONG concernées et les partenaires financiers. L’Unité de Gestion du Parc, dirigée par Noé, supervise toutes les opérations concernant son administration. L’Unité de Gestion du parc met en œuvre les cinq piliers suivants, qui englobent une multitude d’activités menant à la restauration de l’aire protégée, et à sa durabilité à long terme :

1) Conservation de la biodiversité et gestion de l’habitat

2) Application de la loi

3) Développement communautaire

4) Génération de revenus

5) Administration et organisation des infrastructures

Le soutien technique, financier et administratif est fourni par le siège de Noé en France. Il est réduit, afin que la majorité des ressources puisse être attribuée aux aires protégées.

Ambitions pour l’avenir

Tout en ayant désormais en gestion des trois aires protégées mentionnées ci-dessus, l’ambition de Parcs de Noé pour 2025 est de sauvegarder une partie représentative des biomes les plus importants d’Afrique, soit 10 Millions d’hectares. L’objectif est de protéger 8 M ha de milieux désertiques, 1 M ha de savanes, 0,5 M ha de forêts tropicales et 0,5 M ha de milieux marins et côtiers, dans au moins 5 aires protégées. Cela devrait représenter un budget annuel de 10 Millions d’euros et une équipe de plus de 500 personnes, en opérant dans des zones isolées et instables. Par conséquent, obtenir des financements à long terme et investir dans du personnel qualifié et travaillant dans de bonnes conditions de sécurité (infrastructures, équipements, communication) seront 2 axes stratégiques majeurs pour réussir à sauvegarder les derniers endroits sauvages du monde. Cela permettra de préserver la grande faune et le patrimoine naturel de ces zones protégées, ainsi que de garantir que les services écologiques produits par ces aires protégées fourniront des moyens de subsistance aux populations humaines qui en dépendent, et atténueront le changement climatique mondial.

MILLIONS D'EUROS OBTENUS

Grace à l’Agence française de développement (AFD) et à l’Union européenne (UE)

MILLIONS D'HECTARES SOUS GESTION

Cela représente la superficie de la Réserve Naturelle Nationale du Termit et Tin Toumma au Niger, l’une des plus grandes aires protégées terrestres d’Afrique.

COLLABORATEURS

Grâce à tous ses salariés impliqués en Europe et en Afrique, les Parcs de Noé fonctionnent !

L’équipe Parcs de Noé

Arnaud Greth

Arnaud Greth

Président de Noé

Romain Beville

Romain Beville

Responsable de la Propection et du Parc National de Zah Soo au Tchad

Sébastien Pinchon

Sébastien Pinchon

Responsable des Opérations et de la Réserve de Termit et Tin-Toumma au NIger

Bas Verhage

Bas Verhage

Responsable du Fundraising et du Parc National de Conkouati-Douli au Congo

Valentine Caffè

Valentine Caffè

Responsable de la Communication

Edouard Boulanodji

Edouard Boulanodji

Coordinateur des relations gouvernementales

 

Parcs de Noé is a program of the NGO Noé, which is a non-profit public nature protection organisation created in 2001. Noé has programs in France and around the globe to safeguard biodiversity for the benefit of all living, including the human species.