SAUVONS LES DERNIERS ESPACES SAUVAGES !

La contribution de Parcs de Noé pour répondre à la crise de la biodiversité

Notre planète connaît un déclin dramatique de la biodiversité mondiale en raison des activités humaines.
Les aires protégées sont reconnues comme un outil majeur pour sauvegarder la biodiversité, mais aussi contribuer au développement socio-économique. Elles
sont pourtant souvent mal gérées et manquent de moyens et de soutien technique et financier.
La demande croissante de ressources naturelles et fossiles (pétrole, gaz, minerai, etc.), les grandes infrastructures (barrages hydroélectriques, etc.), le développement de l’agriculture, l’exploitation forestière, et le braconnage et le trafic (ivoire) accentuent la pression et menacent ces derniers paysages sauvages.

Face à ces défis, les autorités nationales, les partenaires financiers et les ONG ont élaboré un modèle de partenariat public-privé pour la gestion à long terme des aires protégées (AP). La gestion de l’AP est ainsi déléguée à une ONG dans le cadre d’une structure de gouvernance partagée (Conseil d’Administration) représentant le gouvernement et l’ONG. Ce modèle garantit un engagement à long terme des ONG (20 ans), est plus attrayant pour les investisseurs financiers ainsi que pour les gouvernements, par rapport à l’approche plus classique de projets à court terme (3-5 ans).

Convaincue par ce modèle qui a montré des résultats objectifs, l’ONG Noé (basée en France) a créé un pôle dédié à la gestion déléguée des aires protégées, appelé « Parcs de Noé » (PDN).

Qui sommes-nous ?

Créé en 2018, Parcs de Noé est un pôle de l’ONG française Noé. L’objectif des Parcs de Noé est de contribuer à la gestion durable des aires protégées grâce à un modèle de gestion déléguée, impliquant responsabilité et redevabilité, afin de sauvegarder la biodiversité, et assurer la sécurité et le développement local. Le soutien initial (8,3 millions d’euros) de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne (UE) a permis de développer la stratégie et les premières activités.

Il a aussi fait démarrer la gestion opérationnelle de la Réserve Naturelle du Termit et Tin-Toumma au Niger. Depuis des fonds supplémentaires ont été obtenus et de nouveaux partenariats financiers sont en négociation pour garantir un engagement financier à long terme pour la gestion à long-terme des zones protégées concernées.

Un Partenariat unique

Un partenariat avec African Parks (APN)permet de relever les défis dans la gestion quotidienne des AP, en bénéficiant des 20 ans d’expérience de terrain de cette ONG. Le soutien d’African Parks est assuré par un suivi technique et opérationnel dans les différents domaines de compétence de PDN, la participation aux Conseils d’Administration des AP gérées par Noé, et un processus continu de suivi et d’évaluation du partenariat.

Où nous travaillons

Parcs de Noé a en gestion 3 aires protégées :

1 > NIGER – Le gouvernement nigérien a accordé sa confiance à notre ONG en 2018 pour gérer cette réserve saharienne pour les 20 prochaines années.

2 > TCHAD – Parcs de Noé assume la gestion du Parc National de Zah Soo, qui, avec la Réserve de Faune de Binder Léré, fait partie du Complexe d’Aires Protégées de Binder-Léré (CAPBL).

3 > CONGO – Noé a signé un accord pour 20 ans pour la gestion du Parc National terrestre et marin de Conkouati-Douli au Congo.

Nous sommes ici

AU NIGER

Réserve Naturelle de Termit et Tin-Toumma

Parcs de Noé a la confiance du gouvernement nigérien pour gérer la Réserve Naturelle de Termit et Tin-Toumma.

EN SAVOIR PLUS

AU TCHAD

Parc National de Zah Soo

Parcs de Noé assume la gestion du Parc National de Zah Soo, qui, avec la Réserve de Faune de Binder-Léré, fait partie du Complexe d’Aires Protégées de Binder-Léré (CAPBL).

EN SAVOIR PLUS

AU CONGO

Parc National de Conkouati-Douli

Parcs de Noé est gestionnaire du Parc National terrestre et marin de Conkouati-Douli.

EN SAVOIR PLUS

Notre ambition

Notre ambition est de contribuer à la sauvegarde des derniers espaces sauvages du monde, pour la grande faune et la biodiversité de ces zones protégées, mais aussi pour maintenir les services écologiques fournis par ces AP, au profit des populations humaines qui en dépendent et enfin d’atténuer le changement climatique global.

Depuis 2021, Parcs de Noé assure désormais la gestion de 3 aires protégées.

D’ici 2025, Parcs de Noé vise à sauvegarder au moins 5 zones protégées représentant 10 millions d’hectares des principaux écosystèmes (biomes) de l’Afrique : désert (8 M ha), savanes (1 M ha), forêts (0,5 M ha) et écosystèmes marins et côtiers (0,5M ha).

Cela représentera un budget annuel d’environ 10 millions € et une équipe de plus de 500 personnes, travaillant dans des zones isolées et présentant des risques de sécurité élevés.
Par conséquent, un financement à long terme et un personnel bien équipé et qualifié, travaillant dans des conditions adéquates (infrastructure, communications) seront les principaux éléments qui permettront de réussir ce pari.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information

« Très souvent, les zones protégées n’existent que sur la carte et leur avenir est menacé. Il est indispensable de protéger et de défendre ces biens publics, dans l’intérêt général.  Avec les pays concernés, nous partageons la responsabilité de sauvegarder cet héritage pour les générations futures ! »

Arnaud Greth – Président-Fondateur de Noé

Merci aux partenaires des Parcs de Noé !

Partenaires gouvernementaux

République du Tchad

République du Congo

République du Niger

Partenaires financiers

Union Européenne

Agence Française de Développement

Union Internationale pour la Conservation de la Nature

Programme Européen des Aires Protégées et Écosystèmes Fragile

Éditions Gallmeister

Donnez aujourd’hui

Votre don est garanti d’avoir un impact
sur la biodiversité directe

10

50

100

150

500

Autre

 

Parcs de Noé est un programme de l’ONG Noé, qui est une association de protection de la nature, d’intérêt général et à but non lucratif, créée en 2001. Elle déploie en France et à l’international des actions de sauvegarde de la biodiversité pour le bien de toutes les espèces vivantes, y compris de l’espèce humaine.