RÉSERVE NATURELLE NATIONALE de TERMIT et TIN-TOUMMA

L’arche de Noé du Sahara

La Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma a été créée le 6 mars 2012. C’est l’une des plus grandes aires protégées terrestres d’Afrique, avec des paysages typiques du Sahara au nord (dunes de sable) aux steppes arbustives du Sahel au sud. Les pluies sont rares, et animaux et hommes vivent en s’adaptant à ces conditions extrêmes de sécheresse et de chaleur.

Grâce à son isolement, la réserve est devenue un refuge naturel pour presque toute la chaîne des espèces sauvages sahariennes (en dehors de l’oryx et de l’autruche d’Afrique du Nord, éteints), qui sont pour beaucoup rares et menacées.
Il s’agit notamment de la dernière population mondiale d’Addax, de la plus grande population de gazelle Dama au monde, de l’une des deux dernières populations de mouflons à manchettes du Niger et de la dernière population de guépards du Niger. La réserve abrite également 133 espèces d’oiseaux.

Un Patrimoine Mondial

La Réserve de Termit et Tin Toumma devrait être classée prochainement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle abrite le deuxième site connu en terme d’ancienneté en Afrique de l’âge du fer (peintures rupestres datant de – 3000 ans avant JC à Egaro), la plus grande nécropole africaine du néolithique (Gobero) et le plus grand site paléontologique fossile du Sahara (Gadafawa).

Km2 protégés

C’est la surface de la Réserve qui est l’une des plus grandes d’Afrique.

Espèces d'oiseaux

Reconnu par Birdlife International comme une zone d’importance pour la conservation des oiseaux.

Dernier Addax sauvage

Il s’agit d’une estimation de la population d’addax à Termit, espèce d’antilope en danger critique d’extinction au niveau mondial, et qui se déplace sur de grandes distances pour suivre les pluies.

Gazelles dorcas

Une gazelle relativement commune de petite taille, et qui couvre ses besoins en eau dans les plantes qu’elle mange.

Guépards d'Afrique sahariens

Plus petit que les autres guépards africains, avec un visage plus blanc et des taches noires à marron clair.

Nomades dans la réserve

Il y a peu de campements permanents et de pistes praticables en toutes saisons dans la réserve.

Espèces de carnivores

La présence d’autant d’espèces carnivores témoigne d’un écosystème encore en bonne santé.

Gazelles Dama

Cette espèce gravement menacée est un symbole national, et est l’emblème de l’équipe nationale de football du Niger !

Comment nous concevons l’avenir

La vision de Noé pour la Réserve de Termit est de renforcer les populations des espèces sahariennes encore présentes et en voie d’extinction et de réintroduire l’oryx algazelle et l’autruche d’Afrique du Nord, pour restaurer un écosystème désertique fonctionnel.

Pour ce faire, la protection doit être assurée, c’est ce que fait actuellement PDN par :
– La mise en place des infrastructures du parc (quartier général et pistes d’atterrissage),
– La mise en place d’un système de surveillance efficace, comprenant une unité de lutte contre le braconnage, une équipe d’intervention rapide, la surveillance communautaire, une salle de contrôle reliée à toutes les équipes de terrain 24 sur 7, ainsi qu’un système de surveillance aérienne comprenant des drones solaires.

Outre la protection, les milieux naturels doivent être suivis et restaurés, à travers :
– La régénération des banques de graines
– Une protection accrue des micro-habitats (mares temporaires, pâturages, arbres d’ombrage)
– Un suivi scientifique des effectifs et de la distribution des espèces phares existantes
– La réintroduction ou le renforcement des populations d’espèces menacées (addax, etc.) et éteintes (oryx, autruche)

Amélioration des conditions de vie et Pérennité

Les 2500 nomades de la réserve ainsi que les 50 000 personnes voisines de la réserve seront impliquées par :
– La création d’emplois localement
– La mise en place d’un programme de pastoralisme régional soutenable (zonage, vaccinations, puits)
– Le soutien de l’éducation et de l’émancipation des femmes
– Le soutien aux programmes de santé et de vaccination
– L’intégration de représentants des communautés locales à certains organes de gouvernance de la Réserve

Parcs de Noé a aussi pour objectif de garantir des financements durables à long-terme en :
– Veillant à ce que l’industrie pétrolière opérant dans la périphérie de la Réserve contribue à sa gestion et à son financement
– Développant les activités génératrices de revenus avec le tourisme (culturel et de vision)
– Assurant un soutien à la gestion du cheptel domestique en échange d’une contribution financière des pasteurs à la Réserve

Parcs de Noé est un programme de l'ONG Noé, qui est une association de protection de la nature, d’intérêt général et à but non lucratif, créée en 2001. Elle déploie en France et à l’international des actions de sauvegarde de la biodiversité pour le bien de toutes les espèces vivantes, y compris de l’espèce humaine.